Renaissance

Incapable, regarde moi. Tu n’es qu’un profond imbécile, nourris toi du vice, nourris toi des mœurs qui te sont imposés par la société sans réfléchir. L’épanouissement personnel, ne réside que dans l’auto-satisfaction. L’émerveillement des sens, permet quant à lui de nourrir les désirs, et autres fantasme archaïque. Tu te crois intéressant, c’est ça parmi tes 7 milliards de congénères ? Tu crois pouvoir te débarrasser de cette frustration qui te donne le droit de vivre en arborant un joli petit sourire malinois ?

Laisse moi te dire une chose, tu n’es rien, tu ne sers à rien, tu es inutile, car ton mental peut se briser avec des mots. Un faible, qui imite son prochain pour se sentir exister. Vivre dans une boîte encore et toujours, tels est ta mission. Va y parade, fais donc le fier, dans ta petite bagnole, ta petite femme avec ses 3 neurones tout juste bonne à regarder la télé, mais moi je saurais percer ta supercherie, ton hypocrisie permanente, je te délivrerai de tes pêchés, comme ils m’ont également appartenu. Tu y crois n’est-ce pas à cette délivrance que je te promulgue ? tu y vois un espoir ou un accès de folie de ma part ? Suis-je saint d’esprit en affirmant une fois de plus que la délivrance ne passe que par ta seule et unique mort ? Allez vermine, fais donc le dernier pas qui te rapproche de tes ancêtres, cela même incapable de respecter une sépulture. Commande toi donc une arme, fixe la entre tes deux yeux, ressens le métal doux et froid du canon, et disparaît comme le lâche que tu as toujours été.

Un singe sans talent, sans espérance, sans valeurs, sans vertus, qui gigote dès qu’on lui pique sa nourriture, mais qui va la rendre à ses maîtres, dès que ceux-ci haussent le ton, voila tout ce que je vois. Un chrétien brisé, ébréché, virulent, se soumet à la même pureté qui lui fût refusé des années auparavant. Il n’y a aucun mal à se faire justice, dans un monde peuplé d’imbéciles, entre ceux persuadés d’êtres des bons aryens, et des bons à riens. Lève toi désormais, et combat avec honneur, noblesse, et dignité, au lieu de te focaliser sur les mots, les petites phrases, emplis de non-sens et d’ignorance de tes semblables.