L’Armistice de 1918

Après l’échec des combats de l’armée allemande en juin et juillet 1918, le commandant Paul von Hindenburg chef de l’état-major allemand propose au général Ferdinand Foch une rencontre des deux camps pour négocier. Dès lors 5 voitures traversent sous escorte la zone dévastée du nord de la France. Dans un lieu tenu secret dans ce train, les différents protagonistes présents sont l’Amiral Rosslyn Wemyss en tant que représentant britannique, ainsi que le Général Weygand, chef d’état-major de Foch. Du côté allemand on trouve Matthias Etzberger, représentant du gouvernement allemand, le comte Alfred von Oberndorff, représentant le ministère des affaires étrangères allemand, les Généraux Detlof von Winterfeldt et von Gruennel, et le Capitaine de la marine allemande Ernst Vanselow. Alors que les combats continuent de faire rage sur le front, le train arrive sur les lieux de rendez-vous. Durant 3 jours, les allemands on peu d’occasions de réellement négocier, ils doivent rapidement se plier aux conditions établies en dernier lieu par le Maréchal Foch. L’armistice est signée à 05h10, mais le cessez-le-feu sera effectif à 11h, le 11 novembre 1918. Il entraîne des volets de cloches et des sonneries de clairons partout en France, annonçant la fin d’une guerre qui aura durée plus de 1560 jours et fait plus de 8 millions de morts et 6 millions de blessés.

armistice 1918